Copyright Christophe garbage

EXPOSITION « Apagne Boucane » Christophe GARBAGE

Du 06 mars au 27 avril 2018

Vernissage le 06 mars à 18h

L’histoire de cette exposition part d’un voyage au Sénégal en 2009. Ayant déjà vécu pendant deux ans là-bas, Christophe veut y retourner pour découvrir la Casamance. Il y va accompagné d’une musicienne, qui souhaite travailler avec le percussionniste d’un des quartiers du village de M’Lomp. Le quartier ce n’est que 3-4 maisons distante de 500 mètres chacune. Il se présente aux gens, se balade autour de la maison où il habite. Ce n’est que les 6 derniers jours qu’il sort l’appareil photo. Il devient vite le photographe du quartier. Les enfants le prennent par la main pour l’amener faire des portraits des différentes personnes.

Passée l’effervescence des photographies posées, il se fait oublier des gens ; il peut alors aller chercher l’instant qui montre la personne, son expression, sa vie. Il crée entre lui et les habitants une relation de confiance. Il fait tous les portraits demandés, et mettra un point d’honneur à revenir deux ans plus tard, avec un book contenant 600 photos, pour rendre leurs images aux différentes personnes.

Cette exposition est l’aboutissement de ce voyage, un commencement de ce qu’il fera plus tard. A M’Lomp, il travail le portrait ; pour lui l’image devient vivante, elle va au delà du souvenir. Il recherche la photographie prise sans pose. Les habitants du village le connaissent, savent qu’il est là, mais ils ne font plus attention à lui, il peut laisser libre cours à sa photo. C’est l’ambiance de cette vie là-bas qu’il a voulu retrouver dans cette exposition. La proximité des personnes, leur accueil et leur culture. La matière donne un coté de bric et de broc, de récupération (le bois, le carton, le métal, le plastique). Dans leur quotidien, les habitants font avec ce qu’ils ont, avec ce qu’ils peuvent.

Le portrait ? Un hasard car en prenant des photographies, Christophe se rends compte que pour lui le visage dit beaucoup. Quelles sont les questions que se posent les gens juste avant la photo ? quelle vie se trouve derrière ces personnes ?

Le noir et blanc ? Une évidence. Christophe connaissait le travail de Nick Brandt et sa photo avec l’éléphant et la poussière. Les photographies n’existent pas en couleur, l’appareil photo a été réglé dès le départ en noir et blanc virage orange (plus de orange dans la photo), ce qui donne une photographie plus chaude.

Il retournera souvent à M’Lomp sans appareil pour passer du temps avec ses amis.

« Apagne Boucane » se traduit par « Celui qui aime ou qui va vers les gens ».

Tout les soirs, lorsque les habitants ont fini leur journée, ils se retrouvent ensemble pour discuter autour d’une bougie. Un soir, la vielle dame du quartier commence à parler. La maman des jumeaux, lui explique qu’elle est en train de parler de lui. Elles discutent toutes les deux pendant 5 min.

Au bout d’un moment la maman des jumeaux lui dit : « elle vient de te donner un nom ».

 

 

EXPOSITION « Viva Espana » CEN

Du 05 au 22 décembre 2017

Vernissage le 05 décembre à 18h

Cen, peints l’Espagne avec son coeur. Les couleurs, le pays, ce qui fait tout l’univers,  nous le découvrons à travers ces toiles.

Informations : facebook 

 

 

Stage de Danse Contemporaine

Marie Schang enseigne la danse contemporaine depuis 10 ans, à tous publics, tous âges. Elle a été formée à l’école de danse Rosella Hightower à Cannes puis s’est perfectionnée en Allemagne, à l’école de Pina Bausch. Elle a travaillé en tant que danseuse professionnelle, avec plusieurs chorégraphes en France et à l’étranger. Diplômée d’état, elle enseigne la danse, dans des associations et écoles privées, sur la région de Bordeaux. www.yogadanse.fr Page Facebook: Yoga Danse

Stage de danse contemporaine, le 10 décembre, avec Marie Schang :

10h30-11h30 enfants (4-8 ans) 10€

14h-15h30 débutants (ados et adultes) 15€*

16h-17h30 intermédiaires (ados et adultes) 15€*

* ou 25 € pour 2 ateliers

 

 

 

Exposition Nicolas Ferras

Centre Culturel Château Palmer /   du 02 octobre au 02 décembre 2017  / Rocher de Palmer jusqu’au 20 octobre

Vernissage le mardi 03 octobre 18h

Centre Culturel Château Palmer / avec la présentation du livre consacré à ce projet

« We are not expendable…

Sous titre : …we are not flowers offered at the altar of profit and power. We are dancing flames commited to concurring darkness and to challenging those who threaten the planet and the magic and mystery of life. »  

« Nous ne sommes pas consommables. Nous ne sommes pas des fleurs que l’on offre sur l’autel du profit et du pouvoir. Nous sommes des flammes dansantes engagées à combattre l’obscurité et à défier ceux qui menacent la planète, la magie et le mystère de la vie.»

Dans notre système global de pensée, nous parlons souvent d’écologie en faisant référence au réchauffement climatique, aux espèces animales en voie de disparition, au tri sélectif, etc. Cependant, les lieux les plus pollués de la planète le sont par d’énormes groupes industriels, financiers et politiques, cette pollution engendre la mort et la maladie de populations entières depuis près de 60 ans. Rashida Bee nous parle de la notion de « Corporate crime ». Ces grands groupes que sont Dow Chemical, Monsanto, Areva, ou Glencore (pour ne citer qu’eux) tuent des hommes, des femmes et des enfants au nom de leur profit et de notre confort.

C’est ce propos en particulier que ce projet tient en présentant les lieux concernés : le césium à Tchernobyl ou Fukushima, le M.I.C. à Bhopal, l’agent orange au Vietnam et aux Etats-Unis, le nemagon au Nicaragua, la dioxine en Argentine, dans le Michigan ou à Seveso, le cyanure en Zambie, l’uranium au Niger, les PCB dans l’Hudson, le mercure à Minamata…, par la création, la recherche et l’essai photographique, qu’ils soient techniques, matériels ou esthétiques.

« We are not expendable… est un projet artistique à long terme.

Pour d’autres informations www.nicolasferras.com